vendredi 3 février 2017

l'Europe empoisonne la France avec le C E T A !

Selon un article d’Euractiv, les députés européens français PS demandent un débat sur le traité entre l’Union Européenne et le Canada, le CETA, à quinze jours du vote du Parlement Européen. Il est temps que ce débat ait lieu !
Ils reconnaissent qu’il y a trop d’incertitudes sur le droit des Etats à légiférer, ce que le Front National dénonce depuis toujours. La mise en danger de nos éleveurs par des éleveurs canadiens produisant à très bas coût n’est en revanche pas abordée tout comme la possibilité donnée aux multinationales d’attaquer les Etats devant un tribunal d’arbitrage international soit une forme de justice privée d’exception. Il semblerait que ces mêmes députés reconnaissent aussi le risque de destructions d’emplois importantes.
Le Front National propose à tous les partis politiques français de débattre publiquement de ce sujet afin que les citoyens français soient correctement informés des risques de ce traité, dangereux pour les emplois, les agriculteurs, le droit de l’Etat à légiférer et la forme de notre justice.

Les députés européens de la commission environnement, santé publique et sécurité alimentaire ont voté ce matin à Bruxelles sur la ratification du très controversé accord de libre-échange avec le Canada, plus souvent appelé CETA.
Cet accord ne tient aucunement compte du principe de précaution. Il met en péril notre santé car il laissera arriver sur le marché européen des produits quotidiens et des aliments que nous avons pourtant interdits comme les OGM ou le bœuf aux hormones.
Il met aussi en péril nos emplois car c’est une porte ouverte à une concurrence déloyale par des produits moins règlementés.
Alors que les députés européens de la commission ENVI ont pour mission de protéger la santé et l’environnement, les députés Les Républicains ont proposé la ratification de ce traité. Soutenue par de nombreux élus socialistes, cette proposition a été largement adoptée.
Les députés Front national ont bien entendu voté contre cet accord de libre échange qui confiera notre santé à un obscur comité mixte sans aucun contrôle démocratique. Le processus parlementaire n’est pas terminé et toute la délégation Front national reste mobilisée pour protéger la santé et l’emploi des Français.

Alors que l’ensemble des gouvernements des pays européens étaient prêts à signer le CETA sans qu’aucun débat démocratique n’ait eu lieu, le Parlement Wallon avait entamé un bras de fer avec l’Union Européenne pour modifier ce traité, justes arguments à l’appui. En effet, le CETA instaure une justice privée d’exception, permettant aux multinationales d’attaquer les Etats si celles-ci subissent des manques à gagner suite à des modifications de réglementations, pour protéger nos citoyens par exemple. Nos éleveurs de bœuf et de porc sont mis en danger par la concurrence des éleveurs canadiens dont les coûts de revient sont 35% plus bas. Enfin, le démantèlement supplémentaire des services publics et l’alignement des normes sur des normes mondiales font peser une épée de Damoclès supplémentaire sur notre modèle de société.
Finalement, Paul Magnette, ministre président de Wallonie, a cédé et accepte de voter pour le traité CETA alors que seules, des modifications mineures ont été concédées.
Une « déclaration interprétative » a été ajoutée. Des clauses de sauvegarde type OMC qui ne sauvegardent presque rien ont été insérées. Une pseudo-garantie d’indépendance des arbitres chargés de juger les Etats aurait été donnée.
Le Front National regrette la probable signature de ce traité à brève échéance et demande que le Parlement français en soit saisi le plus rapidement possible afin de sauvegarder notre élevage, l’indépendance de la France vis-à-vis des multinationales, le droit de notre pays à légiférer et afin d’empêcher l’avènement d’une justice privée d’exception. A l’occasion des débats, il apparaîtra que ce traité est contraire à notre Constitution.
Plus que jamais, cette affaire rappelle l’urgence pour la France de pouvoir décider souverainement de son avenir.

B.R

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire