lundi 23 janvier 2017

Primaire de la gauche : cinq raisons de douter de la sincérité des résultats

1 Des chiffres de participation annoncés un peu vite

Dimanche soir, vers 20h30, Thomas Clay, président de la Haute autorité, s'avance vers son pupitre pour annoncer les résultats de la primaire de la gauche. Il annonce une estimation de la participation située entre 1,5 et 2 millions de votants "Nous serons sans doute plus proche de 2 millions", ajoute-t-il, en se réjouissant de cette mobilisation.
Cette estimation de la participation, avant même la remontée de tous les résultats, étonne de la part de celui qui doit être le garant de la bonne tenue du scrutin.
résultats des courses, on ne sait toujours pas exactement combien ont voté. Il suffit pourtant de compter l'argent encaissé Non ???
Cette nuit : 1 162 623 votants sur bfm Tv -
                   1 337 820 sur LCI !
 Cherchez l'erreur !!!...mais combien de véritables socialistes se sont exprimés ???
Bientôt en France ce n'est pas la carte de vote qu'il faudra présenter mais la carte bleue !

2 Une impossibilité de recouper les résultats

Nul ne sait sous quelle forme les résultats vont être transmis aux médias par la Haute autorité de la primaire. Peu après 20h30, son président annonce les premiers résultats, mis en ligne sur le site, et réactualisés tous les quarts d'heure.
Première surprise : le site ne propose qu'un résultat national. Impossible donc de connaître les scores de chacun des candidats département par département.
Autre problème de taille : au fur et à mesure que tombent les résultats, le site ne précise pas le nombre de bureaux dépouillés. Le nombre de voix dépouillées est affiché en temps réel, mais le nombre total de votants étant inconnu, difficile de savoir si les résultats partiels affichés portent sur 40, 70 ou 90% des suffrages.

3 Des soupçons de bidouillage sur la participation

Toute la soirée du premier tour, le chiffre de participation est sujet à caution. Il est d'abord revu à la baisse, puis disparaît dans la nuit. "Le compteur a disparu (...) pendant la nuit, les prestataires qui s'occupent du site informatique n'ont pas travaillé et c'est bien normal."

Plus inquiétant, 10 heures lundi matin : le nombre de votants est passé de 1,2 million à 1,6 million.
le président du Comité national d'organisation de la primaire, Christophe Borgel, a fini par reconnaître, lundi en début d'après-midi, avoir manipulé les chiffres : "Il y avait beaucoup de pression autour du niveau de participation, j'ai demandé à ce que les résultats soient actualisés au plus vite."

4 Un amateurisme technique récurrent

Tout cet imbroglio n'est finalement guère étonnant, lorsque l'on se souvient de la difficulté avec laquelle le PS a présenté le dispositif permettant aux électeurs de savoir où aller voter. Dans plusieurs départements (comme les Hauts-de-Seine ou la Corse-du-Sud) et dans certaines communes (comme Marseille), la recherche est tout simplement impossible, elle redirige même vers un bureau erroné. En Gironde, certains internautes étaient ainsi renvoyés vers un bureau de vote... à Brest ! Il faut dire que depuis 1 an que l'on nous parle des primaires de la gauche, ils n'avaient pas eu le temps nécessaire de s'en occuper convenablement. Et ça veut diriger le pays ça ???

5 Un manque de transparence depuis le début

Les données des bureaux de vote ont été récupérées manuellement sur le site de la primaire, mais il n'était possible de localiser que 7 000 bureaux sur les 7 530 annoncés.
Il en a été de même concernant les interrogations sur le déroulé de la soirée du premier tour, notamment sur le calendrier de mise en ligne des résultats, ainsi que sur les multiples demandes formulées depuis lundi matin pour obtenir les résultats détaillés par bureau de vote et par département.Les équipes des candidats Montebourg et Peillon confirment qu'elles attendent toujours avec impatience les résultats détaillés.

Bruno ROTA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire