vendredi 16 décembre 2016

Comment faire baisser le chômage en France !!

Suite à une réaction sur facebook, en rapport avec le fait que nous sommes dans une politique de l'offre et que celle-ci ne pourra jamais changer, j'ai eu cet échange avec un économiste.

Celui-ci explique qu'en économie, il n'y a que l'offre et la demande qui sont les piliers fondamentaux de l'éconmie de marché. Donc, suivant son raisonnement, pour que des salariés puissent bénéficier d'un pouvoir d'achat supérieur dans la politique de relance, il n'y a que 2 solutions : 
Baisser les prix ou augmenter les salaires. 
Dans le premier cas, l'entreprise qui a déjà elle baissé ses coups de production en s'expatriant, va difficilement trouver des actionnaires qui accepteront de perdre de l'argent ou de moins en gagner car qui dit baisse des prix de vente dit à production égale, moins de rentrée de capitaux. A moins de nationaliser l'entreprise et de ce fait, la rapatrier. 

Dans le second cas, l'augmentation de salaire nécessite une hausse du prix de vente sachant que celle des charges suivra ! Du coup, l'augmentation de salaire sera rattrapée par la hausse des prix. C'est la quadrature du cercle.
Comment dans ce cas, réussir à concilier les deux ? 
Pour la politique de l'offre, en baissant les charges, on peut permettre de conserver l'implantation de nos entreprises en France et de permettre aux français de travailler, d'avoir ainsi une augmentation de salariés, d'accroître la productivité et de leur permettre d'investir faisant ainsi fonctionner " un " système. 
Pourtant à situation difficile, solutions adaptées !...
Voici une solution simple, efficace et qui ne coûterait pas 1 ct d'€ aux patrons de PME Lorsqu'un employé quitte son entreprise pour un départ en retraite, le patron récupère 3 ans avant un jeune chômeur qui cherche du travail dans la même spécialité. Pendant ses 3 ans, (3x1 an) le futur retraité transmet son savoir et apprend les ficelles du métier à son futur remplaçant, se soulage des charges lourdes devenues difficiles grâce à ce jeune plein de vitalité, jauge son futur remplaçant, et a le sentiment d'avoir été utile. 
Le jeune est payé " par son chômage ", se sent utile et accumule de la compétence et de l'ancienneté en évoluant dans le monde du travail au lieu de rester devant la télé et de se lever à 11h00 du matin, et se motive pour réussir dans cet hypothétique emploi.
Le patron ne paye pas de charges patronales et pour cause, observe son employé, et comme c'est sur 3x1 an renouvelables, peut évaluer la qualité de ce futur employé, profitant ainsi au passage d'une main d'oeuvre supplémentaire. Garantissant à son futur employé un CDI car s'il conserve le jeune apprenti 3 ans, c'est avec obligation de l'embaucher à l'issue.
Quant à l'état, il ne voit pas la différence sauf que la courbe du chômage baisse et qu'il paye le jeune au chômage ou à être au boulot, ç'est pareil pour lui ! 
Quant aux syndicats, ils devraient être contents car le futur salarié pourra peut-être ainsi prendre son adhésion ! 
Résultats : GAGNANTS - GAGNANTS !!! Mais ce n'est que mon idée !  
Mais le gouvernement ne souhaite pas en entendre parler et encore moins les syndicats ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire