jeudi 16 mars 2017

 

Comment faire baisser le chômage en France !!

Suite à une réaction sur facebook, en rapport avec le fait que nous sommes dans une politique de l'offre et que celle-ci ne pourra jamais changer, j'ai eu cet échange avec un économiste.

Celui-ci explique qu'en économie, il n'y a que l'offre et la demande qui sont les piliers fondamentaux de l'éconmie de marché. Donc, suivant son raisonnement, pour que des salariés puissent bénéficier d'un pouvoir d'achat supérieur dans la politique de relance, il n'y a que 2 solutions : 
Baisser les prix ou augmenter les salaires. 
Dans le premier cas, l'entreprise qui a déjà elle baissé ses coups de production en s'expatriant, va difficilement trouver des actionnaires qui accepteront de perdre de l'argent ou de moins en gagner car qui dit baisse des prix de vente dit à production égale, moins de rentrée de capitaux. A moins de nationaliser l'entreprise et de ce fait, la rapatrier. 

Dans le second cas, l'augmentation de salaire nécessite une hausse du prix de vente sachant que celle des charges suivra ! Du coup, l'augmentation de salaire sera rattrapée par la hausse des prix. C'est la quadrature du cercle.
Comment dans ce cas, réussir à concilier les deux ? 
Pour la politique de l'offre, en baissant les charges, on peut permettre de conserver l'implantation de nos entreprises en France et de permettre aux français de travailler, d'avoir ainsi une augmentation de salariés, d'accroître la productivité et de leur permettre d'investir faisant ainsi fonctionner " un " système. 
Pourtant à situation difficile, solutions adaptées !...

Voici une solution simple, efficace particulièrement pour les patrons de PME
 
Lorsqu'un employé quitte son entreprise pour un départ en retraite, le patron recrute 3 ans avant un jeune chômeur qui recherche du travail dans la même spécialité. Pendant ses 3 ans, (3 x1 an) le futur retraité transmet son savoir et apprend les ficelles du métier à son futur remplaçant, se soulage des charges lourdes devenues difficiles grâce à ce jeune plein de vitalité, jauge son futur remplaçant, et a le sentiment d'avoir été utile.
 
Le jeune est payé " par son chômage ", le patron lui verse la diffèrence avec le salaire de base versé à ses employés, il se sent utile et accumule de la compétence et de l'ancienneté en évoluant dans le monde du travail au lieu de rester devant la télé et de se lever à 11h00 du matin. De plus sachant qu'à la fin il y a une promesse d'embauche, il se motive pour réussir dans cet hypothétique futur emploi.

Le patron à un jeune employé volontaire de plus, sur lequel il ne paye pas de charges patronales durant ses 3 ans et pour cause, observe son employé, et comme c'est sur 3 x1 an renouvelables, peut évaluer la qualité de ce futur employé, profitant ainsi au passage d'une main d'oeuvre supplémentaire. Garantissant à son futur employé un CDI car s'il conserve le jeune apprenti 3 ans, c'est avec obligation de l'embaucher à l'issue. S'il ne lui convient pas au bout d'un an, il s'en sépare et conserve encore 2 cartouches pour pré-embauché un nouveau jeune ! Si par contre, il garde le jeune sur les 3 x 1 an et ne l'embauche pas, il prend une amende et se voit dans l'obligation de rembourser les charges sociales sur les 3 ans qu'il aura éviter de payer grâce à ce système.

Quant à l'état, il ne voit pas la différence sauf que la courbe du chômage baisse et qu'il paye le jeune au chômage ou à être au boulot, ç'est pareil pour lui ! 

Quant aux syndicats, ils devraient être contents car le futur salarié pourra peut-être ainsi prendre son adhésion !
 
Résultats : GAGNANTS - GAGNANTS !!! Mais ce n'est que mon idée ! 
 
Mais le gouvernement ne souhaite pas en entendre parler et encore moins les syndicats ! Car le chomâge profite aux politiques et aux syndicats, et bien qu'ils passent leur temps à s'en plaindre, la situation leur convient tout à fait car ainsi ils occupent les uns à chercher du travail pour les autres qui n'en veulent surtout pas pour bon nombre d'entre eux !
Quand aux chomeurs professionnels, ils devraient travailler au profit des personnes agées, des ehpad, des centre de gériatrie, des écoles, de l'environnement 1 à 2 journées par semaine pour justifier leurs petits certes mais revenus quand même !!!
 
Bruno ROTA
Secrétaire Départemental
Fédération FN 55 

mardi 7 mars 2017

Tiens donc ! En voilà un honnête homme !...

 
 
 
 
MACRON: LA HAUTE AUTORITÉ POUR LA TRANSPARENCE DE LA VIE PUBLIQUE N’AYANT PAS RÉPONDU, LE PARQUET FINANCIER DE PARIS EST SAISI. 4 MARS 2017
Le 14 février 2017, Paul Mumbach (1), Jean-Philippe Allenbach (2) et Serge Grass (3) signalaient à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) que les revenus de 3 010 996€ d’Emmanuel Macron n’ont pas été déclarés à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) concernant les déclarations financières et patrimoniale de Monsieur MACRON.
Cette information ne fut pas ou peu relayé par les médias à la dévotion de Macron…
N’ayant pas reçu de réponse de la HATVP, ces trois citoyens ont alors informé le Parquet National Financier pour qu’il fasse une enquête. (lettre ci-dessous))
Il faut rappeler que : « Le code pénal punit d’une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45 000€ d’amende le fait d’omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou de fournir une évaluation mensongère de son patrimoine… Peuvent être prononcées à titre complémentaire de la première de ces peines l’interdiction des droits civiques… »
____
Parquet de Paris Pôle financier
5, rue des Italiens 75009 Paris
3 mars 2017
Qu'est-ce que 45 000 € au regard des 3 000 000 € ?
Quant à la peine de prison, les loups ne se mangent pas entre eux !...
 
LETTRE
 
Madame la Présidente,
Vous voudrez bien trouver ci-joint copie de la lettre que nous avons adressée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique dont la mission est notamment de « s’assurer de la cohérence des éléments déclarés ; rechercher des omissions importantes ou variations inexpliquées du patrimoine ».
Cette lettre a été envoyée par mail le 15 février et en recommandé avec accusé de réception le 20 février.
N’ayant eu jusqu’alors aucun retour, nous vous sollicitons pour que vous prêtiez attention à certaines bizarreries des déclarations patrimoniales de M. Macron et, en tant que de besoin, diligentiez une enquête dans ce sens.
Il nous paraît surprenant en effet que, M. Macron ayant perçu plus de 3 000 000 € de revenu entre 2010 et 2013 sa fortune nette déclarée le 24 octobre 2014, lors de son arrivée au gouvernement, n’ait été que de 156 000 €, pour ensuite n’être plus que de 63 048 € quand il en est parti (cf. sa déclaration du 28/10/2016).
Également surprenant qu’on ne trouve pas trace dans son patrimoine du portefeuille ayant sécrété des revenus de valeurs mobilières à hauteur de 291 000 € en 2011 et de 270 000€ en 2012, lequel se devait, à tout le moins, d’avoir une valeur de 3 000 000 €.
Ces chiffres nous semblent incohérents et les variations inexpliquées pourraient cacher des omissions importantes.
Quoi qu’il en soit, on ne saurait écarter, par avance et sans le moindre examen, l’hypothèse d’une éventuelle sous-estimation de sa fortune dans sa déclaration 2014.
À cet égard, un simple examen des débits/crédits de son compte auprès du Crédit Mutuel, sa seule banque, sur la période 2010-2013 devrait vous permettre de pouvoir facilement vérifier la bonne arrivée des fonds et l’usage qui ensuite en a été fait.
Par ailleurs, nous vous joignons aussi la délibération de l’assemblée générale du 21 décembre 2012 des éditions Esprits qui a nommé M. Macron administrateur, fonction qu’il a assurée du 7/2/2013 au 26/9/2015. Cette responsabilité ne figure pas dans les déclarations de M. Macron alors qu’elle pourrait cacher un conflit d’intérêts.
Il nous serait agréable que vous nous fassiez savoir si nos interrogations sont ou non fondées, sachant qu’« omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou en fournir une évaluation mensongère est un délit pénal ».
Dans l’attente des réponses que vous voudrez bien apporter à nos interrogations, avec toute la célérité qui caractérise notoirement votre institution, nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de notre profond respect.

lundi 27 février 2017

Macron ou l'arnaque du remboursement des dents et des lunettes

CE QU'IL FAUT SAVOIR ABSOLUMENT !!
 
 Lorsque Macron annonce le remboursement à 100 %, il se cache bien de dire que c'est de la base de remboursement du régime obligatoire de la Sécurité sociale. C'est de l'arnaque ! Il ne précise pas car c'est sur cette base uniquement et au lieu de 70% actuellement pour les dents et 60% , pour les lunettes, le gain est minime pour ceux qui ne possèdent pas de complémentaire santé !
Exempe :
Visite chez le médecin, votre tiers payant + le 1 € de ticket modérateur + le remboursement de la sécu (70%) est égal à 23 € soit une prise en charge à 100 %.
Pour les lunettes, suivant le verre la sécu rembourse 60% de 2.54 € par verre soit 60% de la base de remboursement du régime obligatoire de la sécu. S'il passe à 100 % ils ne rembourseront pas plus de 100% de la base de remboursement, soit 2.54 €. Quant à la monture, c'est un forfait donc une paire de lunettes même remboursée à 100 % du régime obligatoire de la sécurité sociale ne vous fera gagner que 0.90 € par verre ! Si votre paire de lunettes coute 750 € avec des verres progressifs et une monture de 450 € vous ne récupérerez, à la condition d'avoir une bonne mutuelle, que 5.08€ pour les verres + une partie du montant de la monture ! Arnaque !!!!
Pour les dents c'est pareil ! il s'agit d'un forfait de 107.50 € pour les couronnes ce qui correspond à 70% du régime obligatoire donc 72.50 € par couronne. Si vous passez à 100 % ça vous fera récupérer 107.50 € pour atteindre les 100 % de la base de remboursement du régime obligatoire.

Mais une facture de 3500 € ne vous sera jamais remboursée à hauteur de 3500 € même avec une très bonne mutuelle ! C'est donc de l'ARNAQUE de politicards comme pour les 35 heures, le salaire universel et tout le reste ! Affabulateurs, truands, menteurs,... Politiciens !!!!!
ARNAQUE ! ARNAQUE ! ARNAQUE ! Faites tourner pour réveiller les esprits et ne pas vous faire avoir par ce genre de promesses !!! Ouvrez les yeux et réfléchissez avant de voter et de croire les journalistes ...


Coment fonctionne le régime de remboursement de la sécurité sociale pour les dents et les lunettes ?

3 Choses : La Base de remboursement
                  Le Régime Obligatoire
                  Le Taux de remboursement

La Base de remboursement :

Honoraires médicaux fixés au 01/01/2012 (métropole)
ActeBase de remboursement Taux de  remboursement du régime généralTaux de remboursement du régime Alsace Moselle
Consultation généraliste (secteur 1)23 €70 %90 %
Consultation spécialiste (secteur 1)25 €70 %90 %
Consultation Psychiatre, Neuropsychiatre, Neurologue (secteur 1)39,70 €70 %90 %
Consultation spécifique cardiologue45,73 €70 %90 %
Kinésithérapie16.13 €60 %90 %
Monture lunette30,49 €60 %
Verres lunette[1]entre 2,29 € et 24,54 €60 %
Couronne dentaire2,15 € * 50 unités = 107,50 €70 %90 %
Acte de soin dentaire1,92 € par unité70 %90 %

Le Régime obligatoire :

Le système français d’assurance maladie se divise en plusieurs régimes différents, qui ont tous la particularité d’être obligatoires pour les catégories de population auxquelles ils sont destinés, et ce afin de garantir pour tous un accès minimal aux soins de santé.
Un salarié du secteur privé, ainsi, est tenu en principe de cotiser pour le régime général, tandis qu'un agriculteur doit obligatoirement s'affilier au régime agricole et ne peut en choisir un autre, la seule liberté se situant dans le choix (ou pas) d'une complémentaire santé.
Le régime général, qui couvre plus de 85 % de la population, est complété par certains régimes dits « particuliers » ou « spéciaux », qui se caractérisent par une autonomie plus ou moins forte et une couverture variable des différents risques autres que la maladie (maternité, vieillesse, accidents du travail, etc.), les risques non couverts étant délégués au régime général.

Le Taux de remboursement :

Cas général :
Remboursement des frais médicaux
30 %Médicaments non reconnus de première nécessité 
60 %Auxiliaires médicaux (infirmiers, kinésithérapeutes...)
65 %Médicaments courants : vaccins les plus courants (1) - Frais de transport à l'hôpital - Frais de prothèses et d'orthopédie, accessoires et pansements - Optique : verres (et montures de lunettes des enfants de moins de 16 ans)
70 %Consultations des médecins et dentistes conventionnés
80 % (2)Hospitalisation ou séjour dans une clinique conventionnée
100%Médicaments irremplaçables et coûteux

Sont remboursés à 100 % (sauf pour les médicaments remboursés à 30 %) :
  • les titulaires d'une pension de victime de guerre et les accidentés du travail ayant une rente ou une pension d'invalidité pour incapacité des 2/3 pour tous les soins,
  • les titulaires d'une pension d'invalidité ou d'une pension de vieillesse remplaçant une pension d'invalidité pour tous les soins,
  • les personnes bénéficiant de la couverture complémentaire santé dans le cadre de la couverture maladie universelle.
A noter : les titulaires de l'allocation supplémentaire sont remboursés à 80 % pour les frais de médecin, de dentiste et d'auxiliaires médicaux et à 100 % pour les frais de transport.
Les assurés sociaux pour les soins suivants (sauf pour les médicaments remboursés à 30 %) :
  • actes dont le coefficient est supérieur à 60 (sauf prothèses dentaires) : interventions chirurgicales nécessitant une anesthésie générale et certains examens. La prise en charge à 100 % s'applique aussi bien à l'acte lui-même qu'à tous les soins en rapport direct avec l'affection qui a motivé l'acte,
  • hospitalisation à partir du 31e jour,
  • soins consécutifs à un accident de travail,
  • diagnostic et traitement de la stérilité,
  • soins donnés aux enfants prématurés,
  • soins donnés aux femmes enceintes à partir du 6e mois de grossesse,
  • soins donnés aux enfants handicapés,
  • soins donnés aux nouveau-nés dans les établissements de santé au cours des 30 jours qui suivent leur naissance,
  • gros appareillage de prothèse ou d'orthopédie,
  • dépistage du Sida et de l'Hépatite C,
  • frais d'examens de dépistage organisés dans le cadre de la lutte contre les maladies aux conséquences mortelles évitables (cancers, certaines MST), les soins dispensés dans un centre ambulatoire de soins en alcoologie,
  • les soins consécutifs aux sévices sexuels (viols, violences sexuelles) subis par les mineurs et réprimés par le code pénal.
Les assurés âgés de 65 ans et plus, pour le vaccin contre la grippe.

                  Bruno ROTA
         Secrétaire départemental
Candidat à l'investiture législatives




mardi 21 février 2017

Meeting Marine Le Pen à Metz le 18 mars 2017

 
PRENEZ CONTACT RAPIDEMENT AVEC LA FEDERATION FN 55
 
Les places sont limitées, dépêchez-vous de nous contacter et faîtes passer le message
 
 
 

vendredi 3 février 2017

l'Europe empoisonne la France avec le C E T A !

Selon un article d’Euractiv, les députés européens français PS demandent un débat sur le traité entre l’Union Européenne et le Canada, le CETA, à quinze jours du vote du Parlement Européen. Il est temps que ce débat ait lieu !
Ils reconnaissent qu’il y a trop d’incertitudes sur le droit des Etats à légiférer, ce que le Front National dénonce depuis toujours. La mise en danger de nos éleveurs par des éleveurs canadiens produisant à très bas coût n’est en revanche pas abordée tout comme la possibilité donnée aux multinationales d’attaquer les Etats devant un tribunal d’arbitrage international soit une forme de justice privée d’exception. Il semblerait que ces mêmes députés reconnaissent aussi le risque de destructions d’emplois importantes.
Le Front National propose à tous les partis politiques français de débattre publiquement de ce sujet afin que les citoyens français soient correctement informés des risques de ce traité, dangereux pour les emplois, les agriculteurs, le droit de l’Etat à légiférer et la forme de notre justice.

Les députés européens de la commission environnement, santé publique et sécurité alimentaire ont voté ce matin à Bruxelles sur la ratification du très controversé accord de libre-échange avec le Canada, plus souvent appelé CETA.
Cet accord ne tient aucunement compte du principe de précaution. Il met en péril notre santé car il laissera arriver sur le marché européen des produits quotidiens et des aliments que nous avons pourtant interdits comme les OGM ou le bœuf aux hormones.
Il met aussi en péril nos emplois car c’est une porte ouverte à une concurrence déloyale par des produits moins règlementés.
Alors que les députés européens de la commission ENVI ont pour mission de protéger la santé et l’environnement, les députés Les Républicains ont proposé la ratification de ce traité. Soutenue par de nombreux élus socialistes, cette proposition a été largement adoptée.
Les députés Front national ont bien entendu voté contre cet accord de libre échange qui confiera notre santé à un obscur comité mixte sans aucun contrôle démocratique. Le processus parlementaire n’est pas terminé et toute la délégation Front national reste mobilisée pour protéger la santé et l’emploi des Français.

Alors que l’ensemble des gouvernements des pays européens étaient prêts à signer le CETA sans qu’aucun débat démocratique n’ait eu lieu, le Parlement Wallon avait entamé un bras de fer avec l’Union Européenne pour modifier ce traité, justes arguments à l’appui. En effet, le CETA instaure une justice privée d’exception, permettant aux multinationales d’attaquer les Etats si celles-ci subissent des manques à gagner suite à des modifications de réglementations, pour protéger nos citoyens par exemple. Nos éleveurs de bœuf et de porc sont mis en danger par la concurrence des éleveurs canadiens dont les coûts de revient sont 35% plus bas. Enfin, le démantèlement supplémentaire des services publics et l’alignement des normes sur des normes mondiales font peser une épée de Damoclès supplémentaire sur notre modèle de société.
Finalement, Paul Magnette, ministre président de Wallonie, a cédé et accepte de voter pour le traité CETA alors que seules, des modifications mineures ont été concédées.
Une « déclaration interprétative » a été ajoutée. Des clauses de sauvegarde type OMC qui ne sauvegardent presque rien ont été insérées. Une pseudo-garantie d’indépendance des arbitres chargés de juger les Etats aurait été donnée.
Le Front National regrette la probable signature de ce traité à brève échéance et demande que le Parlement français en soit saisi le plus rapidement possible afin de sauvegarder notre élevage, l’indépendance de la France vis-à-vis des multinationales, le droit de notre pays à légiférer et afin d’empêcher l’avènement d’une justice privée d’exception. A l’occasion des débats, il apparaîtra que ce traité est contraire à notre Constitution.
Plus que jamais, cette affaire rappelle l’urgence pour la France de pouvoir décider souverainement de son avenir.

B.R

dimanche 29 janvier 2017

Galette des rois de la Fédération FN 55

La galette des rois ..... ??? Inutile de vous dire que ce fut
une très belle soirée !!!

Malgré un froid vivifiant, les partisans meusiens ont tenu à démontrer leur soutien à la fédération et a la présidente du front national en se déplaçant nombreux pour venir partager ce moment de convivialité.
Bon nombre malheureusement de nos amis ont du annuler au dernier moment pour des raisons de santé et nous leur souhaitons ici un prompt rétablissement certains de les retrouver parmi nous le 18 février 2017 à 18h00 salle de la mairie des paroches !


Les sujets abordés furent nombreux et variés mais nous en avons retenu ici quelques uns !
 
Les résultats des primaires de la gauche : Alors combien ??? 1 162 350 ? 1 358 625 ? 1952 213 ??? Même là ils sont incapables de nous donner un chiffre qui se rapproche de la réalité. Ils espéraient un nombre qui avoisinerait les 2 millions pour conforter l'idée de la primaire ! Que nenni ! 1 655 167 et on est pas encore sûr du chiffre !!! Il suffirait pourtant de compter le nombre d'€uros qu'ils se sont mis dans la poche, mais là encore ils ne savent pas compter, ils ont tellement l'habitude de cacher ce genre d'informations, ce qui prouve s'il eut fallu de nouveau le démontrer que la gestion de l'argent publique et la maitrise des dépenses au parti socialiste est une utopie monumentale dont la championne n'est autre que " Ségolène " qui croit que c'est en dépensant l'argent du peuple que l'on fait de la politique !...


Fillon et les emplois fictifs de la droite !!

Attention à ne pas dire et faire n'importe quoi en ce qui concerne les emplois des attachés parlementaires ! Payer son épouse pour une fonction et un emploi largement au dessus de la véritable valeur, c'est du vol ! Surtout lorsque celle-ci déclare " je ne me suis jamais imitiée dans la vie politique de mon mari " tout faux !!! Interdire l'embauche d'un proche est une monumentale idiotie qui ne pénalisera que ceux qui n'en profitent pas mais pour les élus ça ne changera rien ! Pierre embauchera le fils de paul qui embauchera la soeur de jean qui embauchera l'épouse de Pierre et tout ce beau monde se tapera sur le ventre en rigolant et en faisant voter une loi qui elle risque de pénaliser l'agriculteur qui embauche ses enfants et son épouse, l'artisan qui embauche son fils ou sa fille pour les aider à démarrer dans la vie, et eux ne pourront pas compter sur le concurrent pour embaucher leurs enfants car ils payent des charges ! Donc Méf les " baisés " ne seront pas ceux que l'on croit !!!... Surtout que des élus comme le communiste et autres cons sorts crient à qui veut les entendre que cela doit cesser alors qu'ils en croquent tout autant !!! Bien sur il n'est question là que d'argent public, donc, le vôtre !!! 


La vidéo supprimée de bfm

Une journaliste spécialiste des états unis, était l'invitée de BFM, la chaîne souhaitant avoir la version de quelqu'un d'indépendant ! Quelle n'a pas été la stupeur de la rédaction et des présentateurs lorsqu'elle a annoncé que Obama était pro musulman ! Ils ont par déontologie bien avancée remercié la journaliste avant qu'elle ne finisse son argumentation tout en essayant de la couper en permanence comme à leur habitude lorsque ça ne leur plait pas et on purement et simplement retiré la bande vidéo des forums sociaux pour éviter qu'elle ne circule ! Nous avons là, la preuve que nos médias sont politisés à mort et n'utilisent leur pouvoir et leurs moyens que pour faire passer leurs propres idées au détriment de toute indépendance, déontologie, et de toute transparence qui fait du métier de journaliste ce qu'ils en ont fait !


La permanence et les affiches

Nous avons distribué les affiches en notre possession à nos responsables de secteurs dont vous pouvez trouver sur le site les réfèrences. Des kits de collage nous ont été fournis et la distribution a déjà commencé. C'est d'ailleurs à notre nouvelle permanence qui se situe au 1 rue voltaire à Bar le duc, que je vous invite tous à venir nous rencontrer les samedi matin de 09h30 à 12h30 dès le 1° février. Tous les bénévoles souhaitant nous apporter leur concours pour tenir cette permanence sont les bienvenus. Merci de vous mettre en rapport avec nous. L'aménagement a été réalisé par notre ami Dominique Huchette et ça vaut vraiment le coup de venir voir le magnifique travail d'installation qu'il a réalisé sur place.


Marine Le Pen a été la seule à dénoncer ce crime !
 
Hollande, le président des français, le garant de l'indépendance de la France, de son identité et de ses libertés, est en train de brader une partie du territoire français, l'ile de " Tromelin ", certes éloignée de la métropole, mais ça reste la France et personne " sauf Marine Le Pen " ne le souligne. Il lui reste 4 mois pour finir de ruiner le pays !!! Mais on est plus intéressés par la primaire de la gauche que par ses derniers écarts !!!
 
Législatives
 
Le 17 Janvier, jour de mon anniversaire ! Julien Vidal, chroniqueur au journal Grand Est à publié la liste des investitures pour la région et on peut y remarquer que le candidat FN pour le sud meusien est inscrit. Sauf que l'a encore, à ce jour, il n'en est rien ! Aussi, j'ai tenu à expliquer à ce corresppondant la réalité des faits et de bien vouloir attendre que la Commission Nationale d'Investiture ait délibéré et désigné le candidat investit. Il existe des règles au front national que certain(e)s semblent vouloir accomoder à leur façon !

" Bonjour Monsieur, attention à ce qui est écrit ! Madame Kaufmann n'est ni pré investie ni investie pour le sud meusien ! Nous sommes actuellement 3 candidats : Moi-même, Madame Di Risio " et " madame Kaufmann,  à cette investiture. Je souhaiterais qu'afin de ne pas brouiller certains esprits, vous fassiez très rapidement un rectificatif. D'avance Merci "
 
 

Jérôme Dumont est candidat aux élections législatives en meuse sous l'étiquette " divers droites " ( tout un programme )! Grand bien lui fasse, mais ce personnage qui souhaite porter à Paris la voix des meusiens, n'a pas la moindre honte de continuer à être élu au conseil départemental sous l'étiquette " les Républicains "

Si monsieur Dumont veut se battre pour les meusiens, qu'il accepte la décision de son parti de mettre quelqu'un dont ils estiment qu'il est meilleur que lui pour faire passer les idées qu'ils défendent ! S'il est candidat contre son propre parti pour lequel il est élu au conseil départemental c'est qu'il ne partage plus les idées de celui-ci ! Donc c'est bien avant tout pour lui, sa gloriole et so...n porte feuille qu'il est candidat ! Ou alors qu'il démissionne du conseil départemental ! On ne peut pas être élu dans un mandat sous une étiquette et partir en guerre pour un autre mandat contre cette même étiquette ! C'est paradoxal mais ça prouve bien que ce qui compte c'est le cumul.... des salaires !!! Le reste c'est du flan électoral !!!

 

Bruno ROTA
Secrétaire Départemental
Fédération FN 55

mardi 24 janvier 2017

Financement partiel des partis politiques



Derrière l’enjeu politique des législatives, se cache un enjeu financier de taille pour les partis : les aides publiques qu’ils toucheront pendant cinq ans seront calculées à partir de leurs résultats dans les urnes.

Si les candidats aux législatives se bousculent, c'est aussi pour des raisons financières. C’est en effet sur la base des résultats obtenus lors des élections législatives qu’est calculé le financement public des partis politiques. Cette dotation, dont le montant global est fixé chaque année par la loi de finances, est renouvelée pendant cinq ans. En 2012, l’addition se montait à 71 M€, répartis entre 331 formations politiques.

L’aide publique se répartit en deux tranches. La première, de l’ordre de 33 M€, est attribuée en fonction du nombre de voix obtenues. Seule condition imposée aux partis : avoir recueilli plus de 1% des suffrages dans 50 circonscriptions au minimum, ce qui exclut de facto les formations politiques ultra locales ou fantaisistes. Le montant de l’aide était calculé de la façon suivante : 1,70 € par voix. Néanmoins, la somme globale fut ensuite ajustée en fonction des amendes liées au non-respect de la loi sur la parité. Soit aux alentours de 4200 € par amende. Pour les partis qui ne comptaient pas de parlementaires, c’est le seul financement public. En 2017 elle sera supérieure à 2€  par voix par an jusqu'àux nouvelles élections. Un voix rapporte donc aux environs de 12 € à son parti. Donc pour 1000 voix en moins, le parti se pénalise de 12 000 € ! CQFD 

La prime aux élus

La seconde tranche d’aide publique, d’un montant d’environ 38 M€, est attribuée aux partis en fonction du nombre de parlementaires (députés et sénateurs) qui s’en réclament. En 2012, par exemple, l’UMP qui comptait 194 élus au Parlement a touché 9,195227 M€, ce qui correspond à 42200 € par élu, un chiffre qui est le même pour chaque formation politique. Pour l’UMP, cette somme s’ajoutait aux 12,45 M€ engrangés grâce aux voix obtenues aux législatives de juin 2007. Au total, le parti de Jean-François Copé a pu compter sur un peu plus de 21 M€, soit plus de six fois le montant des cotisations qu’il récolte chaque année auprès de ses adhérents! De quoi supporter sans trop de mal les amendes pour non-respect de la parité (4 M€).

Comment gagner plus quand on est un petit parti ? Pour présenter davantage de candidats qu’il n’en aurait eu avec le seul MoDem, François Bayrou va t-il créé à nouveau la structure de rattachement : le Centre pour la France. Ce label lui a permit de ratisser large en étiquetant 400 candidats venus de tous les horizons, gauche, droite ou société civile, dont les voix ont gonflé les caisses du centriste, puisque le Centre pour la France est lié par un accord de financement au MoDem. De son côté, le radical Jean-Louis Borloo et ses alliés du centre droit, qui se sont affranchis de la tutelle financière de les Républicains, avait mis en place un nouveau parti, l’Union des radicaux, centristes, indépendants et démocrates (l’Urcid), qui servi de capteur financier au Parti radical. Outre des radicaux s’y sont rattachés des parlementaires du Nouveau Centre comme Jean-Christophe Lagarde, député de Seine-Saint-Denis, qui ne voulait pas être financièrement lié à son parti présidé par Hervé Morin.
Extrait du " Le Parisien ".
 
       Bruno ROTA
Secrétaire Départemental
 

lundi 23 janvier 2017

Primaire de la gauche : cinq raisons de douter de la sincérité des résultats

1 Des chiffres de participation annoncés un peu vite

Dimanche soir, vers 20h30, Thomas Clay, président de la Haute autorité, s'avance vers son pupitre pour annoncer les résultats de la primaire de la gauche. Il annonce une estimation de la participation située entre 1,5 et 2 millions de votants "Nous serons sans doute plus proche de 2 millions", ajoute-t-il, en se réjouissant de cette mobilisation.
Cette estimation de la participation, avant même la remontée de tous les résultats, étonne de la part de celui qui doit être le garant de la bonne tenue du scrutin.
résultats des courses, on ne sait toujours pas exactement combien ont voté. Il suffit pourtant de compter l'argent encaissé Non ???
Cette nuit : 1 162 623 votants sur bfm Tv -
                   1 337 820 sur LCI !
 Cherchez l'erreur !!!...mais combien de véritables socialistes se sont exprimés ???
Bientôt en France ce n'est pas la carte de vote qu'il faudra présenter mais la carte bleue !

2 Une impossibilité de recouper les résultats

Nul ne sait sous quelle forme les résultats vont être transmis aux médias par la Haute autorité de la primaire. Peu après 20h30, son président annonce les premiers résultats, mis en ligne sur le site, et réactualisés tous les quarts d'heure.
Première surprise : le site ne propose qu'un résultat national. Impossible donc de connaître les scores de chacun des candidats département par département.
Autre problème de taille : au fur et à mesure que tombent les résultats, le site ne précise pas le nombre de bureaux dépouillés. Le nombre de voix dépouillées est affiché en temps réel, mais le nombre total de votants étant inconnu, difficile de savoir si les résultats partiels affichés portent sur 40, 70 ou 90% des suffrages.

3 Des soupçons de bidouillage sur la participation

Toute la soirée du premier tour, le chiffre de participation est sujet à caution. Il est d'abord revu à la baisse, puis disparaît dans la nuit. "Le compteur a disparu (...) pendant la nuit, les prestataires qui s'occupent du site informatique n'ont pas travaillé et c'est bien normal."

Plus inquiétant, 10 heures lundi matin : le nombre de votants est passé de 1,2 million à 1,6 million.
le président du Comité national d'organisation de la primaire, Christophe Borgel, a fini par reconnaître, lundi en début d'après-midi, avoir manipulé les chiffres : "Il y avait beaucoup de pression autour du niveau de participation, j'ai demandé à ce que les résultats soient actualisés au plus vite."

4 Un amateurisme technique récurrent

Tout cet imbroglio n'est finalement guère étonnant, lorsque l'on se souvient de la difficulté avec laquelle le PS a présenté le dispositif permettant aux électeurs de savoir où aller voter. Dans plusieurs départements (comme les Hauts-de-Seine ou la Corse-du-Sud) et dans certaines communes (comme Marseille), la recherche est tout simplement impossible, elle redirige même vers un bureau erroné. En Gironde, certains internautes étaient ainsi renvoyés vers un bureau de vote... à Brest ! Il faut dire que depuis 1 an que l'on nous parle des primaires de la gauche, ils n'avaient pas eu le temps nécessaire de s'en occuper convenablement. Et ça veut diriger le pays ça ???

5 Un manque de transparence depuis le début

Les données des bureaux de vote ont été récupérées manuellement sur le site de la primaire, mais il n'était possible de localiser que 7 000 bureaux sur les 7 530 annoncés.
Il en a été de même concernant les interrogations sur le déroulé de la soirée du premier tour, notamment sur le calendrier de mise en ligne des résultats, ainsi que sur les multiples demandes formulées depuis lundi matin pour obtenir les résultats détaillés par bureau de vote et par département.Les équipes des candidats Montebourg et Peillon confirment qu'elles attendent toujours avec impatience les résultats détaillés.

Bruno ROTA

samedi 21 janvier 2017

Invitation à l'Apéro !!!!!




La Fédération FN55 vous convie le

18 Février 2017

 à un Apéritif Dinatoire
Salle de la Mairie des Paroches

A partir de 18h00
Soyez nombreux à nous y retrouver !!!

Pour toute réservation, Merci de prendre contact avec nous au 06 89 51 89 39
 
     Bruno ROTA
    Fédération FN 55
 

vendredi 20 janvier 2017

Le pire reste à venir !

Hollande négocie avec Bruxelles afin d’être nommé en mai :

 Président de l’Union Européenne


Le bilan de François Hollande à la tête du pays est accablant :
  • Il laisse un million de demandeur d’emplois supplémentaires,
  • Il laisse une croissance ridicule comparée à celle de nos voisins européens,
  • Il laisse une France diplomatique totalement isolée et déconsidérée,
  • Il laisse un parti socialiste en ruines, et l’idée de la social-démocratie obsolète,
  • Il laisse une image de la fonction présidentielle avilie et dégradée.
On s’attendrait à ce qu’un président « normal », ce qu’il a toujours prétendu être, se fasse oublier et se replie sur ses terres de Corrèze qu’il n’aurait jamais dû quitter.
Au lieu de ça, on s'autorise à penser dans les milieux autorisés, que François Hollande manoeuvre en secret pour décrocher la présidence du Conseil européen qui – miracle du calendrier – sera vacante à la fin du mois de mai prochain !
Non, vous ne rêvez pas !  Hollande restera un cas dans la vie politique française ! Un " cas " rrément pathologique qui deviendra sûrement un sujet d’études passionnant dans les facultés de psychologie, voire de psychiatrie ! Rien ne semble pouvoir atteindre cet homme à l’égo surdimensionné.  Rien, ni les critiques, ni le ridicule ne peut instiller dans son esprit le moindre doute sur sa valeur et ses compétences.

Il faut dire que les médias ont été, avec lui, d’une complaisance plus que suspecte. Un président comme Nicolas Sarkozy aurait-il pu survivre politiquement et surtout médiatiquement aux multiples scandales qui ont émaillé le quinquennat catastrophique de François Hollande :
  • Le scandale Cahuzac qui a mis à mal l’image du socialisme incorruptible vis-à-vis de l’argent,
  • Les nombreux scandales qui ont touché les ministres et les conseillers de l’Elysée (Kader Arif, Yasmina Benguigui, Aquilino Morelle, etc …)
  • La pantalonnade « scootérisée » de la rue du cirque et sa relation avec une starlette de cinéma,
  • Le livre « Merci pour ce moment » de Valérie Trierweiler et l’épisode des « sans-dents » !
  • Le livre « Ce qu’un président ne devrait pas dire » démontrant le peu de sens du devoir et cet égo hors-limite qui caractérisent Hollande,
Imaginez Nicolas Sarkozy dans le rôle et souvenez-vous que la simple déclaration de ce dernier « Avec Carla, c’est du sérieux ! » avait déjà fait scandale dans la presse et avait déchainé les critiques de la gauche … Une déclaration qui pourtant s’est avérée validée par le futur !

Hollande à la tête de l’Europe : tout mais pas ça !

Faisons confiance aux dirigeants européens, et notamment à Angela Merkel, pour se mettre en travers des ambitions de ce premier président de la V ème République déjà empêché de se présenter à sa propre succession.

Malheureusement, dans le passé, on a pu observer que l’échec patent de Pierre Moscovici à la tête du ministère des finances du gouvernement, le 1° ministre d'alors, ne l’avait nullement empêché de devenir commissaire européen aux affaires économiques et financières !
Non, il n’y a que deux postes auxquels pourrait légitimement postuler François Hollande et auxquels il pourrait tenter de réparer les énormes dégâts qu’il y a causés dans le passé :
  • La présidence du département de la Corrèze où où il a précédemment creusé l’un des plus gros déficits des départements français,
  • La présidence du parti socialiste, parti qui lui doit sa complète décrépitude et sa disparition de la vie politique à plus ou moins long terme.
Il apparait clairement que dans ces deux postes précédemment tenus par François Hollande, le principe de Peter l’avait atteint, principe qui veut que chaque personne finit par atteindre, à force de promotions plus ou moins justifiées, son propre niveau d’incompétence.

       Bruno ROTA
Secrétaire Départemental
    Fédération FN 55
 

mardi 17 janvier 2017

Role du député à l'assemblée Nationale


Le rôle du député

Le député bien qu’élu dans sa circonscription, cadre géographique restreint, est l’élu de la Nation : Il agit et parle au nom de l’intérêt général. Pendant la durée de la session parlementaire, qui court du premier jour ouvrable d’octobre au dernier jour ouvrable de juin, l’activité du député se partage entre les séances publiques, le travail au sein des commissions, des offices, délégations et des groupes politiques. Les députés se rassemblent par affinités politiques pour former des groupes d’au moins 20 membres.
 
 LE VOTE DE LA LOI
L’initiative des lois appartient au Gouvernement qui dépose les projets de lois et aux parlementaires par le biais de la proposition de lois ou d’amendements.
– A l’Assemblée, le projet ou la proposition de loi est envoyé pour examen à l’une des six commissions permanentes qui désigne un rapporteur et se prononce sur le texte qui lui est soumis, souvent modifié par des amendements.
– Après une discussion générale sur le projet en séance publique, l’assemblée examine articles et amendements. Puis il est procédé au vote sur l’ensemble du texte. Tous les débats sont reproduits au journal officiel.
– Le texte voté par une assemblée, est transmis au Sénat jusqu’à l’adoption d’un texte commun. Ces lectures successives s’appelent « la navette ». Le Premier ministre peut, en cas de désaccord, provoquer la réunion d’une commission mixte paritaire, composée de sept députés et de sept sénateurs. Si cette procédure de conciliation n’aboutit pas le Gouvernement peut donner « le dernier mot » à l’Assemblée Nationale. Il peut même allez jusqu'à faire passer la loi " en force " avec l'article 49.3
– Après l’adoption, le Président de la République dispose de quinze jours pour promulguer la loi, délai pendant lequel elle peut être soumise au Conseil constitutionnel, notamment par le Président de l’Assemblée ou du Sénat ou par soixante députés ou soixante sénateurs. La loi promulguée paraît au Journal Officiel.
LE CONTRÔLE DU GOUVERNEMENT
hemicycle-banc-des-ministres
Le Gouvernement est politiquement responsable devant la seule Assemblée nationale. Celle-ci veille à la bonne application de la loi et à l’évaluation des politiques publiques.
– La motion de censure, qui doit être signée par au moins un dixième des députés, est adoptée si elle recueille les voix de la majorité des membres de l’Assemblée. Le Premier ministre peut aussi décider d’engager la responsabilité de son Gouvernement sur son programme, sur une déclaration de politique générale, ou sur le vote d’un texte.
En cas de censure le Premier ministre doit remettre au Président de la République sa démission.
– Le contrôle du Gouvernement s’exerce également au moyen des questions au Gouvernement (du mardi ou mercredi après-midi), des questions orales sans débat (le mardi matin) ou écrites qui sont publiées, ainsi que les réponses au Journal Officiel.
– Chaque année à l’automne, l’examen du projet de loi de finances (le « budget ») et de la loi de financement de la Sécurité Sociale permet aux commissions d’analyser l’action administrative dans tous les domaines. Les rapporteurs budgétaires disposent de pouvoirs de contrôle sur pièces.
– L’Assemblée nationale peut décider de constituer une commission d’enquête d’une durée limitée à six mois. Son rapporteur dispose de pouvoirs d’investigation. Toute personne dont elle juge utile l’audition est tenue de se présenter devant elle et de prêter serment, sous peine de sanctions pénales.
– L’Assemblée nationale peut également utiliser d’autres organes (missions d’information, délégations et offices parlementaires) destinés à contrôler des politiques publiques dans différents domaines.
LE FONCTIONNEMENT
arton302
Au quotidien, cinq types d’organes régissent le travail de l’Assemblée : le Président, le Bureau, la Questure, la Conférence des Présidents, les commissions.
– Le Président, élu au début de la législature et pour la durée de celle-ci, réprésente l’Assemblée Nationale et dirige ses débats. La Constitution impose sa consultation par le Président de la République en cas de dissolution de l’Assemblée nationale ou de mise en oeuvre des pouvoirs exceptionnels prévus par l’article 16. Il désigne, notamment, trois des neufs membres du conseil constitutionnel. Il nomme également un membre du Conseil Supérieur de la magistrature et trois membres du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.
– Le Bureau est l’organe chargé de prendre les décisions importantes concernant le fonctionnement de l’Assemblée. Le Bureau comprend, outre le Président qui le dirige, six vice-présidents appelés à le suppléer en séance publique,trois questeurs et douze secrétaires.
– La Questure est chargée de gérer les finances de l’Assemblée nationale. Les trois Questeurs sont dotés de pouvoirs administratifs importants dont la gestion du personnel et de l’équipement audiovisuel servant aux médias. Enfin, ils sont responsables des moyens mis à la disposition de leurs collègues et du personnel pour la bonne marche du travail parlementaire : locaux, bureaux, téléphone, transports.
– La conférence des Présidents sous l’autorité du Président, est chargée de l’établissement du programme de travail de l’Assemblée. Elle est composée des Présidents des commissions, de Rapporteur général de la commission des Finances, du Président et des vice-présidents de l’Assemblée, des présidents des groupes politiques et du ministre chargé des relations avec le Parlement.
– Les commissions, Le Président, le Bureau de chacune des commissions ainsi que le Rapporteur général de la commission des finances sont élus chaque année, à l’ouverture de la session ordinaire. Les députés sont tous membres d’une seule commission permanente. Ils peuvent également être membre d’une délégation ou d’un office parlementaire.
 
Bruno ROTA
Secrétaire Départemental
Fédération FN 55

dimanche 15 janvier 2017

Non à tous les cumuls électoraux

Jusqu'au 31 Décembre 2016, En politique, le cumul des mandats consistait à exercer simultanément plusieurs mandats électoraux. En France, cette pratique était limitée par la loi, notamment afin de réduire les risques de conflits d'intérêts entre les différentes fonctions exercées.
Le cumul des mandats, concernait encore récement la quasi-totalité des parlementaires français : 85% d’entre eux exerçaient un second mandat électif, contre moins de 20% des parlementaires en Allemagne, en Italie ou au Royaume-Uni.
Que disait la loi :
La Constitution de 1958 prévoit par exemple l’incompatibilité entre le mandat de parlementaire et l’appartenance au gouvernement.
Par la suite, le cumul des mandats a été limité par des lois promulguées en 1985 et en 2000.
Les dispositions légales actuelles sont définies par la loi organique n° 2000-294 du 5 avril 2000 relative aux incompatibilités entre mandats électoraux et par la loi n° 2000-295 du 5 avril 2000 relative à la limitation du cumul des mandats électoraux et des fonctions électives et à leurs conditions d'exercice.
Règles applicables aux parlementaires
Selon les articles L.O. 137 et L.O. 137-1 du code électoral, le cumul des mandats parlementaires est strictement interdit.
Cela signifie qu’il est interdit de cumuler les fonctions de député, de sénateur et de député européen.
Un parlementaire élu au Parlement européen à Strasbourg perd automatiquement son mandat national.
Par ailleurs, selon l’article L.O. 141, un élu de l'une de ces assemblées ne peut cumuler son mandat avec plus d'un des mandats locaux suivants : conseiller régional, conseiller à l'assemblée de Corse, conseiller général, sauf s'il en est le Président,conseiller de Paris ou conseiller municipal d'une commune de 3.500 habitants ou plus, sauf s'il en est le maire et ce quelle que soit la taille de la commune.


 
A compter du 1° Janvier 2017, c'est l'enfumage politique !
 
En effet, le cumul de mandats et son corollaire direct, l'absentéisme parlementaire, sont deux particularités bien françaises. Deux particularités affligeantes qui nuisent au bon fonctionnement de la démocratie. Toutefois pour un parlementaire, le problème est moins le cumul de mandats en général, que surtout le cumul de lourdes fonctions exécutives locales, lesquelles sont déjà par nature des activités à plein temps. Les fonctions de maire de grande ville, de président de conseil régional, ou de président de communauté d'agglomération sont des activités à plein temps. Un mandat parlementaire est aussi une activité à plein temps et nul ne peut assumer correctement deux activités qui sont chacune à plein temps. D'ou la raison pour laquelle, tout simplement, le maire de Verdun n'est pas candidat à la fonction législative ! Quant au maire de Bar le Duc, ses bilans de maire et de président d'agglo étant tellement catastrophiques qu'il préfère assurrer sa place dans l'hémicycle au milieu des profiteurs de l'état.
Parallèlement à une mesure du même type pour les députés et les sénateurs, la loi n° 2014-126 du 14 février 2014 a interdit le cumul des fonctions exécutives locales avec le mandat de député européen. Toutefois, à droite et à gauche, de nombreux parlementaires avaient essayé de bloquer la procédure législative. Finalement, ils obtinrent que le texte ne s'applique qu'après l'expiration des mandats parlementaires en cours, c'est-à-dire en juin 2017 pour les députés et en octobre 2017 pour les sénateurs. Pire, la mesure similaire ne s'appliquera qu'en 2019 pour les députés européens.
 
Lorsque l'on veut faire son travail correctement et ne pas se disperser, il n'y a qu'une seule et unique méthode efficace, productive et rentable pour les Français :
 
NE PAS AVOIR PLUS Q'UN MANDAT A LA FOIS QUEL QU'IL SOIT !
 
NE PAS EXERCER PLUS DE 2 FOIS DE SUITE LE MEME MANDAT !
 
NE PAS AU JOUR DE LA DATE DE CANDIDATURE, DEPASSER 70 ANS !  
 
C'est d'ailleurs la position de notre conseillère régionale qui l'a rappellé à la presse, précisant bien que sa fonction lui suffisait amplement et qu'elle n'était pas candidate à l'investiture aux législatives..
 
Sans parler du cumul des salaires et retraites :
François Hollande :  14 910 € Il touchera en retraite aux alentours de 30 000 € à/c du 1° Juin 2017
J-Marc Ayrault : 22450 €
Valéry Giscard d'Estaing - Jacques Chirac - Nicolas SARKOZY : 30 000 € ( Ce n'est que la retraite )
Jacques Delors : 14 000 € - Jaques Lang : 13 000 € - Jean-Luc Mélecnchon : 13 000 € ( le smic est à : 1153 € ) Alain Juppé : 16 000 € - François Fillon : 16 000 € - Rozelyne Bachelot : 7 000 € - Rachida Daty : 16 000 € - Nathalie Kosciusko : 20 000 € - José Bové : 13 000 € - Noel Mamerre : 17 000 € - Martine Aubry 9 000 € - Eric Woerth : 17 000 € - Christian Estrosy : 17 000 € etc, etc...
Et là on ne parle que d'argent public !!! 
 
Bruno ROTA
Secrétaire Départemental
Fédération FN 55
 
 

 


mercredi 11 janvier 2017

Galette des rois 2017

GALETTE des ROIS 2017 

Cette année, la Fédération FN de la Meuse
organise comme l'an passé, sa galette des rois
 
Elle aura lieu à la Salle des fêtes de Chauvoncourt
le 27/01/2017 à compter de 19h00
 
 Nous aurons aussi à cette occasion la prèsence d'un imminent intervenant qui viendra nous parler de l'islam, sans aucune idée de manoeuvre.
A bientôt !
Venez nous y retrouver nombreuses et nombreux accompagnés de vos amis sympathisants.
 
Pour toute information contactez Guy GILSON au 06 89 51 89 39
                                  
 Fédération FN 55

Galette des Rois du 27  Janvier 2017

Mr et/ou Mme :.............................................................       

                                 Adhèrent FN N° :    ......................... /........................... 

Assistera(ont) à la Galette des Rois de la Fédération FN55 du 27 Janvier 2017

Il(s) sera(ont) accompagné(s) de :   ............    personne(s) 

Le goûter comprend : Galette des rois, choux à la crème, éclairs, flans, crêpes Suzette, glace, cidre, crèment d'Alsace, café, eau.

Le montant participatif est de : adhèrents : (12 €) x  …....... Nbe de personnes =  .….............€

                                               sympathisants : (15 €) x  .......... Nbe de personnes = ..................€

Ci-joint à mon bulletin réponse un chèque de :   ............... €           libellé à l'ordre de :  

Fédération de Meuse
 
 Bulletin de participation à retourner impérativement par courrier accompagné du règlement avant le 24 Janvier 2017 pour des raisons de  réservations, à :

 Guy GILSON 6 rue St-Joseph 55300 St-Mihiel

Si vous souhaitez régler autrement, Merci de vous mettre en relation avec lui au 06 89 51 89 39

         Bruno ROTA
Secrétaire Départemental
      Fédération FN 55